Documente online.
Username / Parola inexistente
  Zona de administrare documente. Fisierele tale  
Am uitat parola x Creaza cont nou
  Home Exploreaza
Upload


loading...



















































Vasile Voiculescu: Sonetul CLXXXIII

Poezii




Vasile Voiculescu

Sonetul CLXXXIII

Mereu cersim vietii ani multi, asa, -n nestire,




Ne razvratim, ne plângem de piericiunea noastra,

si înca nu-ntelegem ca fara de iubire

Se vestejeste Timpul în noi ca floarea-n glastra;

Rupt din eternitate, el vrea tarâm asemeni

Din care-altoiul subred sa-si tra 232o145c ga seva noua;

Noi îl primim cu gheata si-l rasadim în cremeni

Când Dragostea-i unica vecie data noua.

Ci-n van acum te mânii pe mine si m-arunci,

Minunile iubirii n-au stavile pe lume;

Ca Lazar la auzul duioaselor porunci;

Oricând si ori de unde ma vei striga pe nume,

Chiar de-as zacea în groapa cu lespedea pe mine,

Tom m-as scula din moarte ca sa alerg la tine.

D. H. Lawrence:

Self-Pity

I never saw a wild thing

sorry for itself.

A small bird will drop frozen dead from a bough

without ever having felt sorry for itself.

Jacques Prévert:

Paris At Night

Trois allumettes, une par une allumées dans la nuit

La premi re pour voir ton visage toute entier

La seconde pour voir tes yeux

La dernière pour voir ta bouche

et la obscurité toute entière pour me rappeller tout cela

en te serrant dans mes bras.

Paul Verlaine:

Chanson d'automne

Les sanglots longs

Des violons

De l'automne

Blessent mon coeur

D'une langueur

Monotone.

Tout suffocant

Et blęme, quand

Sonne l'heure,

Je me souviens

Des jours anciens

Et je pleure;

Et je m'en vais

Au vent mauvais

Qui m'emporte

Deçŕ, delŕ

Pareil ŕ la

Feuille morte.

Paul Verlaine (1844-1896)

Green

Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches

Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous.

Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches

Et qu'ŕ vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.

J'arrive tout couvert encore de rosée

Que le vent du matin vient glacer ŕ mon front.

Souffrez que ma fatigue ŕ vos pieds reposée

Ręve des chers instants qui la délasseront.

Sur votre jeune sein laissez rouler ma tęte

Toute sonore encor de vos derniers baisers ;

Laissez-la s'apaiser de la bonne tempęte.

Et que je dorme un peu puisque vous reposez.

Paul Verlaine (Romances sans paroles)

Le ciel est par dessus....

Le ciel est, par-dessus le toit,

Si beau, si calme!

Un arbre, par-dessus le toit,

Berce sa palme.



La cloche, dans le ciel qu'on voit,

Doucement tinte,

Un oiseau sur l'arbre qu'on voit,

Chante sa plainte.

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est lŕ,

Simple et tranquille.

Cette paisible rumeur-lŕ

Vient de la ville.

-Qu'as-tu fait, ô toi que voilŕ

Pleurant sans cesse,

Dis, qu'as-tu fait, toi que voilŕ,

De ta jeunesse?

Paul Verlaine (Sagesse)

Clair de lune

Votre âme est un paysage choisi

Que vont charmant masques et bergamasques

Jouant du luth et dansant et quasi

Tristes sous leurs déguisements fantasques.

Tout en chantant sur le mode mineur

L'amour vainqueur et la vie opportune

Ils n'ont pas l'air de croire ŕ leur bonheur

Et leur chanson se męle au clair de lune,

Au calme clair de lune triste et beau,

Qui fait ręver les oiseaux dans les arbres

Et sangloter d'extase les jets d'eau,

Les grands jets d'eau sveltes parmi les marbres.

Paul Verlaine (Fętes galantes)

Spleen

Les roses étaient toutes rouges

Et les lierres étaient tout noirs.

Chčre, pour peu que tu ne bouges,

Renaissent tous mes désespoirs.

Le ciel était trop bleu, trop tendre,

La mer trop verte et l'air trop doux.

Je crains toujours, - ce qu'est d'attendre !

Quelque fuite atroce de vous.

Du houx ŕ la feuille vernie

Et du luisant buis je suis las,

Et de la campagne infinie

Et de tout, fors de vous, hélas !

Paul Verlaine (Recueil : Romances sans paroles)

Soleils couchants

Une aube affaiblie

Verse par les champs

La mélancolie

Des soleils couchants.

La mélancolie

Berce de doux chants

Mon coeur qui s'oublie

Aux soleils couchants.

Et d'étranges ręves

Comme des soleils

Couchants sur les grčves,

Fantômes vermeils,

Défilent sans tręves,

Défilent, pareils

Ŕ des grands soleils

Couchants sur les grčves.

Paul Verlaine (Počmes saturniens)



loading...








Document Info


Accesari: 2219
Apreciat:

Comenteaza documentul:

Nu esti inregistrat
Trebuie sa fii utilizator inregistrat pentru a putea comenta


Creaza cont nou

A fost util?

Daca documentul a fost util si crezi ca merita
sa adaugi un link catre el la tine in site

Copiaza codul
in pagina web a site-ului tau.




eCoduri.com - coduri postale, contabile, CAEN sau bancare

Politica de confidentialitate

Copyright © Contact (SCRIGROUP Int. 2020 )